La Malaisie : itinéraire et conseils

Nous sommes allés en Malaisie avec Monsieur H. en 2019 et je n'avais pas encore pris le temps d'écrire sur notre voyage de 3 semaines à travers la partie péninsulaire du pays. Ce qui nous a poussé à choisir cette destination, c'est le multiculturalisme et la diversité d'activités. On pouvait y voir des temples ou lieux de culte de plusieurs religions, goûter à la cuisine de plusieurs origines, et découvrir des villes avec plusieurs influences culturelles. Comme on avait adoré l'Indonésie, et que la Malaisie est juste en face, on s'est dit que ce serait un bon moyen de s'imprégner à nouveau de cette ambiance d'Asie du sud est. Notre itinéraire était un mélange entre villes, découvertes culturelles et nature.


Globalement, nous avons apprécié notre séjour. Si vous découvrez l'Asie, la Malaisie est une bonne destination pour vous offrir un premier aperçu et faire un beau voyage. Si, comme moi / nous, vous avez déjà eu l'occasion de crapahuter ailleurs (et donc d'avoir la fâcheuse manie de comparer), vous serez peut être un peu déçu... Pour résumer mon ressenti, je crois que j'attendais beaucoup de ce pays et chaque jour je me disais "Ok, l'étape de demain, ce sera la bonne, ce sera waouh". Et le "waouh" n'est jamais venu. Jours après jours, nous passions d'agréables vacances. Mais nous n'avons pas vécu le voyage que nous espérions. Déception qui s'est peut être ressentie à cause de la différence entre ce que nous pensions voir et la réalité. Un peu comme si chacune de nos étapes, pourtant choisies avec soin, étaient "sur-cotées". Est ce qu'on attendait "trop" à cause des photos publiées sur Instagram et les blogs qui présentaient des endroits comme "incroyables" ? C'est fort possible. Est ce qu'on a été surpris de constater que beaucoup d'endroits ressemblaient à Disneyland, qu'il n'y avait plus rien de naturel, de sauvage ou que c'était trop simple et donc que l'on a manqué d'aventures ? Clairement.




Kuala Lumpur


J'avais hâte de découvrir "KL" ! Parce que j'adore les grandes villes asiatiques, c'est foisonnant, c'est bouillonnant, c'est bruyant, et ça clignote de partout. Et Kuala Lumpur fut à la hauteur de cette réputation... à peu près. Car nous avons tout de même été déçus par certains quartiers recommandés par les guides / blogs, comme "little india" (une seule rue, juste en couleur, avec des commerces de tenues traditionnelles) ou "chinatown", qui est un grand supermarché extérieur de contrefaçons et de produits en plastique.

La "KL eco forest", là aussi vantée par les forums, est juste un pont suspendu au milieu des arbres. Un nid à instagrameurs (ok, j'ai moi aussi pris la photo).

On a bien aimé découvrir KL de nuit, que ce soit en assistant au spectacle de jets d'eau en bas des fameuses tours Petronas, en allant diner dans le meilleur endroit de la ville si vous n'êtes pas agoraphobe et aimez la street food, Jalan Alor, et en passant une soirée au Sky Bar, un club branché avec cocktails, piscine, musique electro et vue incroyable sur les tours.


Nous avons visité aussi beaucoup de temples à KL, et il y en a vraiment partout et pour tous les gouts. Faites vous une petite sélection en amont car la ville est tellement immense qu'il faut s'organiser un minimum. Le Thean Hou Temple et Batu Caves sont des incontournables. Je conseille aussi de se rendre dans le "centre historique", un quartier peu évoqué dans les guides, où il est pourtant agréable de se promener autour de Merdeka square, avec une architecture vraiment improbable au milieu des buildings. Une autre attraction (le mot est vraiment adapté, vu comment le lieu est exploité), c'est la KL tower, qui offre un superbe panorama à 360° à 300m de hauteur. Si vous voulez tenter une expérience assez unique bien que chère, rajoutez un (gros) billet pour passer 3min dans la Skybox, une boite en verre suspendue au dessus du vide. Bref, mais intense :D




Cameron Highlands


Probablement un regret, et surement une déception. On aurait du le voir venir, toutes ces photos sur les RS ça donnait envie, c'était trop louche. Quelle était la promesse ? Des plantations de thé et de la randonnée en foret. Et c'est bien ce qu'on a eu...

Le point de départ de ces activités, c'est la petite ville de Tanah Rata. Nous l'avons rejoint en bus sans difficulté depuis une gare de KL : le bus est un moyen très simple, économique et confortable de se déplacer en Malaisie. Le réseau est bien organisé, ponctuel et les gares ressemblent à des vrais aéroports, c'est assez impressionnant.


Depuis Tanah Rata, il est possible de se rendre sur plusieurs plantations de thé, en passant par des excursions organisées qui font le tour des boutiques pour y amener un max de touristes. Pas vraiment notre truc, donc on décide d'aller à Cameron Tea Plantation en stop. Nous sommes les seuls à marcher le long de la route, on nous prend rapidement en chemin pour nous déposer 3km plus loin, à l'entrée de la plantation. Qui ressemble, là encore, à une entrée de fête foraine : il y a le billet simple pour marcher dans la plantation (ce que nous avons pris bien sur) ou... le billet avec la voiture de golf !!

Tous les touristes asiatiques sont en voiture de golf, et avec quelques irréductibles voisins européens, nous descendons à pieds... La balade est sympa, on marche librement dans les buissons feuillus, le panorama est globalement vert, façon fond d'écran Windows 98.

Mais il y a ces poteaux électriques en plein milieu et plus bas, ces baraques qui vendent des boissons. Et une barrière... C'est tout, la balade s'arrête là, un chemin d'un quart d'heure clôturé et on est prié de remonter. En sortant de la plantation, on a un autre panorama depuis la boutique de dégustation un peu plus haut. C'est joli, mais on ne peut pas descendre non plus, donc on s'agglutine tous sur 10m2 pour prendre la même photo. Voilà pour la "découverte" des plantations de thé...


Le lendemain, nous avons randonné toute la journée. Plusieurs sentiers sont proposés au départ de Tanah Rata (pas d'indications donc pas forcément facile de trouver le début de chaque chemin). Normalement, les bureaux d'excursions peuvent vous montrer la carte de la vallée, avec les n° de chaque sentier. Il n'est nullement besoin d'un guide, utilisez l'app. Maps.me pour vous orienter, c'est amplement suffisant. Nous avons fait les chemins 5 et 3 en montée, jusqu'au point culminant "Gunung Berembun"à 1812m et sommes redescendus avec le chemin 7. C'était une balade sans difficulté (prévoir tout de même beaucoup d'eau), agréable de se retrouver en pleine nature et au calme, mais sans plus. Il n'y a aucun point de vue, aucun panorama, on est au milieu des arbres tout le temps. Même en arrivant à 1812m, il n'y strictement rien à voir. Nous avons aussi fait un bout du chemin 9 jusqu'à Robinson waterfall, qui comme le reste, est assez moyen en terme d'intérêt.



Penang


Nous avons rejoint Georgetown, la principale ville de l'île de Penang, directement en bus depuis Tanah Rata. Enfin le bus nous a laissé à l'autre bout de l'île et nous avons été au bout de notre périple avec un bus de ville, qui nous a laissé près de notre guest house.

Notre logement, une chambre sans fenêtre très mal isolée, était assez nul (comme à Tanah Rata d'ailleurs). Mais bien placé, dans le centre historique de Georgetown, le point d'intérêt majeur de l'île. Son architecture coloniale, ses nombreux temples hindous, taoïstes ou bouddhistes, la belle mosquée Kapitan Kling (vraiment interessante en visite guidée), ses quartiers indiens et chinois, Arménian street, les Clans (quartier sur pilotis) ou sa gastronomie en font une ville vraiment sympa, de jour comme de nuit. Pour enrichir nos balades dans la ville, nous nous sommes amusés, comme beaucoup de touristes, à chercher aux détours des rues les oeuvres de street art les plus connues.

On a adoré manger dans les immenses "food courts" toutes sortes de spécialités de tous les coins d'Asie : ce sont des hangars ouverts, avec des centaines de table avec un n°, entourées de stands de différentes nourritures. On fait le tour des stands pour choisir ce qu'on veut manger, on donne notre n° de table à la commande et le cuisto viendra vous trouver. Pour les boissons, des serveurs aux couleurs du food court se baladent entre les tables. L'ambiance est incroyable, c'est convivial, familial, il y a même du karaoké parfois. Nous y avons croisé peu de touristes...


En dehors de Georgetown, il y a aussi de quoi faire : Penang Hill, qui offre une belle vue sur l'île (via un funiculaire) et propose une marche sympa dans la "nature" (sur un sol béton). Le temple Kek Lok Si, qui est probablement le plus incroyable qu'on ait vu en Malaisie tant il est grand et avec des styles d'architecture différents. Le Parc National de Penang, où l'on a randonné une journée (et transpiré comme jamais au milieu de la foret en ayant en plus pas assez d'eau) et pu voir un centre de sauvegarde des tortues sur une belle plage. Enfin, le temple Thaï Wat Chaiya Mangalaram et son voisin d'en face le temple Dhammikarama Burmese méritent vraiment le détour ! Pourtant, ils ne sont pas mentionnés dans les guides / blogs que j'avais lu pour préparer le séjour... Il n'y avait d'ailleurs pas grand monde, c'est assez fou la conception des "lieux d'intérêt" des voyageurs...



Langkawi


Ce qui nous a attiré sur cette île de Langkawi, accessible très facilement en bateau ou en avion depuis Penang, c'est la plage. Ce n'est pas une étape très culturelle, il n'y a pas grand chose à voir, on s'était plutôt dit que ce serait propice à la détente. Enfin sur le papier.

En vrai, on a découvert une île-parc d'attraction (oui, encore...) très prisée par les familles malaysiennes aisées qui viennent dépenser pour eux et leurs enfants en activités en tous genres. Pour dire, je ne me suis même pas baignée depuis la soit disant plus belle plage de l'île, pantaï Cenang, tant elle est bondée démarcheurs (pour des transats, des massages...) et de sports nautiques (eux ont on tout l'espace pour circuler, les nageurs ont une petite ligne d'eau fermée...). La seule plage où nous nous sommes baignés est Pantai Pasir Tengkorak, au nord de l'île. La seule fois de ma vie où je me suis trouvée la seule en maillot de bain sur une plage, puisque les quelques malaysiens présents se baignaient habillés.


Pour circuler librement sur Langkawi, nous avons loué un scooter (ça nous a rappelé l'Indonésie !), et nous avons fait le tour de l'île en une journée, en s'arrêtant selon les points d'intérêts qu'on avait repéré. Assez peu nombreux il faut le dire... Nos rares "stop" étaient assez décevants. Notre plus "belle" surprise fut de tomber au hasard sur le Wat Tham Kisap, un temple perdu caché de la route, aux pieds d'une falaise. Il n'y avait personne... idem pour le Thean Hou Temple. Ils n'étaient même pas ressortis lors de nos recherches, comme quoi, encore une fois, les points d'intérêt c'est vraiment subjectif. Le 3ème jour sur Langkawi, nous nous sommes tout de même décidés à faire une excursion organisée, qui nous a emmené sur plusieurs spots de baignades sur des îles voisines. Rien d'extraordinaire, mais ça permet de ne se laisser porter au moins pour une demi journée.


Bien sur, je conseille de faire l'activité phare de Langkawi (et donc ultra bondée), à savoir prendre le cable car pour une 1ère plateforme d'observation, puis une 2ème, située au plus haut point de l'île. Arrivé au top, en plus du panorama vraiment sympa à contempler (malgré la foule), vous pourrez vivre l'expérience de marcher sur le pont suspendu (skybridge) au dessus de la foret, le plus haut du monde avec un seul pilier.

Après la redescente sur terre, nous sommes allés aux cascades Seven Wells situés à côté, et accessibles par quelques centaines de marches (en béton, toujours) en foret. Là, il n'y a que quelques irréductibles qui ont trouvé un bon moyen d'échapper à la foule en se baignant dans les piscines naturelles entre les rochers. Bien sûr, nous en avons aussi profité ! Le cadre est vraiment sympa, calme et en pleine nature. D'ailleurs, nous y voyons notre premier varan du séjour et quelques singes.



Iles Perhentian


C'était notre étape "île sauvage" et snorkelling ! Pour s'y rendre, il faut vraiment être motivé. Généralement, votre hébergement s'occupe de réserver la traversée en bateau privé (avec d'autres clients d'autres guest house) depuis l'embarcadère de Kuala Besut. Contrairement à nos étapes précédentes, je dois dire que là, notre hébergement a participé à notre appréciation des lieux et nos séjour sur Kecil (la plus petite des îles Perhentian). Nous avions réservé un package (incluant les nuits + les transferts en bateau + les repas + boissons + une excursion) au D'lagoon chalet, situé à l'extreme nord de l'île, des bungalow sur pilotis éloignés de tout, directement sur la plage. Nous avons mangé comme des rois pendant 3 jours, les hôtes étaient très prévenants, les lieux vraiment dignes de Robinson... Tellement sauvage qu'un immense varan s'est très tranquillement baladé au milieu des touristes en train de déjeuner !


L'excursion snorkelling était le moment fort de notre séjour, et aussi peut être de tout notre voyage en Malaisie. Avec un petit groupe, nous sommes partis en barque colorée à moteur sur 5 spots différents, où la vue sous marine était vraiment riche et colorée. Nous avons pu voir une belle tortue, des milliers de poissons clowns, des coraux... et même, ça c'était une première pour nous, des petits requins (genre 1m de long) nager à côté de nous !

La déception de Kecil, c'est peut être la partie plage. Pour se rendre à chaque plage, nous devions marcher en foret (de 20min pour la plus proche à 1h30 pour rejoindre le village) ce qui était plutôt sympa. Mais chaque fois, les plages étaient assez décevantes... La pire étant "paradise beach", qui est une succession de transat à louer, de bureaux d'excursions et d'hôtels. Alors il est certes très sympa de se prendre un cocktail les pieds dans le sable sur fond de musique electro, mais pour la baignade depuis la plage, c'est pas gagné.




Malacca


C'est notre étape imprévue de ce voyage en Malaisie : nous devions, après Perhentian, nous rendre au Taman Negara, un parc national qui englobe une immense foret tropicale dans le centre du pays. Mais pour des raisons logistiques de transport et de temps, ça ne l'a pas fait. Nous avons donc passé nos 2 derniers jours de séjour à Malacca, une ville facile d'accès (et pratique pour notre vol retour) car non loin de Kuala Lumpur. Sur le papier (oui, j'utilise souvent cette expression car la différence entre ce que l'on attend et la réalité est vraiment flagrante en Malaisie) c'est LA ville culturelle, symbole du melting pot malaisien.


Un moment vraiment incroyable à vivre et faire (à nouveau, si vous n'êtes pas agoraphobe), c'est le marché de nuit sur Jonker Street. Tellement bondé qu'on avance pas... On peut y manger, et acheter ses souvenirs au milieu de tous les stands de babioles. C'est très bruyant et oppressant, mais vraiment à faire. L'autre incontournable, c'est la mosquée flottante, qui ressemble à un beau palais de conte de fées. Il faudra un Grab (Uber de l'Asie) pour s'y rendre et se couvrir intégralement (tout est prêté sur place, et il y a des vestiaires). Allez y en fin de journée afin de profiter du coucher de soleil après votre visite, les lumières sur la mer et la mosquée sont magnifiques, le tout sur fond d'appel à la prière !


L'autre partie de la ville à découvrir, c'est bien sur son centre historique, classé à l'UNESCO. Le point central est Dutch Square, une place rouge comme sortie d'un autre pays, où se retrouvent des pousses pousses ultra kitsch. Complètement atypique. À côté, montez la colline de l'église St Paul, où l'on peut découvrir ses ruines (sans toit) et une vue sur la ville. Plus loin, une balade s'impose le long du canal. Le mieux est de prendre un Grab qui vous dépose à la villa Santosa, et de revenir vers le centre en longeant la rivière. On croise des oeuvres de street art, des styles architecturaux différents, des beaux ponts passerelles...

Une balade agréable, au calme et au soleil. Et le dernier quartier où aller vous perdre, c'est bien sur Chinatown, pour son ambiance, ses temples, son architecture.




Le bilan


Ce pays est très surprenant par son multi culturalisme assumé, tout en ayant privilégiant une religion (l'Islam est religion d'Etat). La Malaisie trouble par son ultra modernité parfois, sa confusion souvent. Il n'y a pas un jour où l'on ne s'est pas dit "ça n'a pas de sens". Mais c'est peut être juste une question de point de vue. On est un peu bousculé dans nos habitudes, et finalement, c'est probablement pour ça que l'on voyage. Pour autant, on s'attendait à un peu plus de naturel et comme indiqué en intro, nous ne l'avons pas vraiment trouvé. En ville comme en campagne, beaucoup de choses semblent factices, "too much", artificielles.


On ne s'attendait pas non plus à autant de tourisme asiatique, et il faut très sincèrement avouer que le touriste chinois n'a pas du tout les mêmes attentes qu'un touriste européen. Ce n'est qu'une fois sur place que l'on se rend compte que la Malaisie est une destination très prisée par les taïwanais, les hongkongais, les singapouriens... plutôt aisés, qui viennent passer des vacances en famille bien moins chères que dans leur pays. Nous n'avons vraiment pas croisé beaucoup d'européens, donc on peut en déduire que la Malaisie fait tout pour plaire / attirer / faire dépenser plutôt sa "clientèle" asiatique, bien plus nombreuse. Cela se ressent même dans le comportement à notre égard : à Bali par exemple, ultra méga prisé par les européens/australiens/américains, c'est insupportable de se faire traiter comme des portes monnaie sur pattes. En Malaisie, rien du tout, aucun "traitement spécial" car tous les efforts étaient concentrés sur nos collègues chinois, c'était vraiment flagrant, et nous nous n'intéressions personne. Donc on nous a jamais démarché pour quoi que ce soit.


D'ailleurs, les malaisiens sont accueillants et chaleureux, nous avons globalement eu de bons contacts avec la population. Ils parlent anglais (avec un accent à couper au couteau) et sont très souriants, ce qui facilite les échanges. Nous n'avons jamais eu besoin de négocier des prix, et surtout, les prix ont toujours été les mêmes pour tout le monde (et pas en fonction de notre tête). Si il y a un centime à rendre, on nous rendait un centime. Une vraie différence avec certains pays voisins. Nous étions toujours en confiance, c'est appréciable.


Ce qui m'a le plus plu en Malaisie : la nourriture. Du fait de son multiculturalisme, on pouvait manger de toutes les spécialités, partout. C'est aussi largement la cuisine la plus épicée que j'ai jamais mangé (particulièrement les plats indiens). Nous avons passé notre voyage à dire chaque jour "not spicy please" puis à s'arracher la bouche quand même (à en pleurer parfois), avec les locaux qui riaient gentiment de nous. Et au delà de la nourriture elle même, c'est la possibilité de manger dans la rue. Ça m'a rappelé Bangkok, qui reste maitre en matière de street food. Les vieux stands à roulettes qui vous sortent un super plat pour 1€ mangé assis sur un tabouret en plastique sur le trottoir, c'est un kiffe total. En Malaisie, c'était notre lot quotidien et j'ai adoré. Sans parler des food courts !