La Loire à vélo : le récit de 9 jours sur la route


La Loire à vélo !

Jour 1

Je suis partie ce matin d'Angers, avec mon vélo et mes affaires de voyage, par train : départ à 7h04 direction Nevers, à l'autre bout de la France. Celui ci était censé arriver pour 10h24. Mais que serait un voyage sans aléas du direct ? C'est un peu après Bourges, vers 10h, que le train s'est arrêté en pleine nature à cause d'une panne électrique. Au bout d'un moment, les portes s'ouvrent et alors que certains vont dehors pour fumer ou simplement tourner en rond, on sait que l'attente sera longue. Les regards fusent entre les passagers, le temps est long, une jeune fille dont c'est l'anniversaire craque et fond en larme, certains s'échangent des anecdotes de voyage, d'autres partagent leur nourriture, moi je me risque a l'extérieur et marche le long des voies pour étudier la possibilité de finir la route a velo (je suis stoppée dans mon élan par un gendarme...). BREF, nous passons ainsi 3 longues heures d'attente avant de finalement redémarrer, tractés par une locomotive hydraulique venue nous secourir. Arrivée à Nevers : 13h40...


J'enfourche mon velo, le temps est compté. Un tour de la ville, puis il me faut rejoindre Cuffy, à 15km, départ officiel de la Loire à Velo. La route n'est pas indiquée (je voyage sans carte), en sachant qu'il faut traverser une écluse (embranchement de Nevers), accessible par la route de sermoise, puis longer le Canal. Des balises indiquent sur la route votre degré de rapprochement avec le Bec de l'Allier (Nevers = zone 10, et ça va en décroissant jusqu'à l'arrivée, la zone 1). La route qui longe le canal est très agréable, en pleine nature, et dédiée aux vélos. Rien ne vient perturber le calme sinon le bruit des oiseaux.


Lorsque l'on passe sur le pont du Canal, nous sommes au dessus de l'Allier. Il faut s'attarder regarder le paysage qui entoure le fleuve... Continuer sur la route du Bec de l'Allier, jusqu'à arriver sur la zone de départ de la Loire a Velo : le kilomètre 0, au parfait croisement entre l'Allier et la Loire. Un endroit unique par son calme et sa verdure. À partir de là, il suffit de suivre les chemins balisés par le signe "Loire a Velo", tout en trouvant a chaque km, un disque doré au sol. La route est idéale, paisible. Le trajet en train du matin est déjà loin derrière moi... Je suis seule sur plusieurs km, à part ce héron qui s'est envolé a quelques mètres de moi quand je suis passée près de lui. C'est relativement intimident, personne ne sait que je suis la, il n'y a rien autour de moi.


Bref, une journée qui lance mon parcours. À ce moment là, je ne sais pas en combien de temps je rentrerai à Angers (spoil : 9 jours). Je dors ce soir dans le pays Sancerrois.


Jour 2

Ce matin, je découvre avec joie que la météo est plus agréable que la veille : un plein soleil. Rien de mieux pour parcourir les routes de campagne. Vers midi je suis à Briare, une petite commune qui doit beaucoup à ses canaux. La balade le long de l'eau calme, sous les arbres, est agréable. Le petit port de plaisance et les terrasses au soleil raviront certains. Le village attire surtout pour son pont, très bel édifice de la fin du 19ème, au dessus de la Loire.


Je parcours quelques kms sur la départementale, parfois sonnée par la vitesse des voitures. Il faut à un moment tourner la tête à gauche pour apercevoir légèrement en hauteur, le château de Brisson sur Loire. J'arrive ensuite a Gien, avec son château qui domine le village et le fleuve, de l'autre côté du pont. Je rejoins le parcours de la Loire à velo et entame des routes de campagnes oú je me retrouve seule au monde. Le calme et la nature sont la seule chose qui m'entoure.


En pleine forêt ou au milieu des champs, la route joue à cache cache avec la Loire, que je longe de temps a autre. En fin de journée, j'arrive finalement à Sully sur Loire, oú je rejoins mon hôtel. Pas le temps de se reposer, je pars (a pieds cette fois) en direction Château de Sully. Je me balade autour de son parc, du canal, et des ruelles du village.


Jour 3

Aujourd'hui, grande étape : rejoindre Orleans avant la fin de la journée. C'est sous un magnifique soleil que j'ai quitté Sully vers 10h30 ce matin. J'arrive à peine une demi heure plus tard au village de St. Benoit, pour y voir l'Abbaye de Fleury. Un bel édifice, qui abrite entre autre, le gisant du Roi de France Philippe Ier. Je reprends la route, jusqu'à Chateauneuf sur Loire, oú je fais une halte pour déjeuner dans le parc départemental du château, puis pars en balade a pieds dans la forêt alentour.


Je reprends la route vers 13h30, sous le soleil tapant. J'arrive a St Denis de l'hôtel puis Jargeau. Suite a une erreur d'aiguillage de ma part, je me retrouve sur un sentier de randonnée, en pleine forêt, et vraiment au bord de la Loire (quasi les pieds dans l'eau). Heureusement que je suis en VTT, car ça secoue pas mal. Quand des orties commencent a me gratter les chevilles, je me pose sérieusement des questions sur ma route, qui n'est plus que jamais, pas faite pour un circuit de velo. Après cette section un peu égarée, je retrouve le chemin balisé "Loire a velo", et reprends mon rythme de pédalage.


Je vois pointer au loin, une Cathédrale. Mon chemin m'amène jusqu'aux quais de bords de Loire d'Orleans, où j'arrive fièrement. Depuis Sully, j'aurai pédalé 3h30 environ pour parcourir les 52kms. Je me dirige chez mon hôte AirBnB, dans une ruelle du centre, déposer mon vélo puis je repars a pieds, me balader dans la ville. Je découvre la magnifique Cathédrale Ste Croix, qui rayonne sous le soleil. Attardez vous à ses vitraux, ils racontent l'histoire de Jeanne la Pucelle, sous titrés en vieux français. Le 8 Mai, ce sera la fête populaire la plus célèbre de la ville, un événement annuel immanquable qui fait partie de la tradition locale : les fêtes de Jeanne D'Arc. On y célèbre en grande pompe la libération d'Orleans, pendant plusieurs jours. Je regrette de manquer ça à 1 jour près. Je visite le très bel hôtel Groslot, puis les rues du centre historique.



Jour 4

Ce matin, départ à 10h30 pour rejoindre les bords de Loire et le parcours balisé. Vers midi, j'arrive a Meung s/ Loire, oú je m'arrête un peu pour voir le château, la collégiale St Liphard et les ruelles pavées avec les maisons a colombages.


J'arrive ensuite a Beaugency, oú je fais une pause, pour voir l'abbatiale Notre Dame entre autre. Puis à partir de là, c'est la ligne droite, plus de villages, plus rien jusqu'a Blois. La meteo est aléatoire, je prends un peu la pluie, mais surtout beaucoup de vent de face. Parfois l'impression de pédaler dans le vide... La fatigue se fait sentir, je compte chaque km parcouru... Finalement, j'arrive à Blois après 64km de route et 4h15 de pédalage.


Je gare mon velo et pars en balade dans la ville : la Cathédrale St Louis, le château Royal, les rues piétonnes du centre historique, l'église St Nicolas... Si Blois est très agréable, c'est sans compter un détail : c'est une ville haute. Bonjour les escaliers sans fin... Ça m'a achevé. Je me rends ensuite chez un nouvel hôte, d'AirBnb à nouveau, en bordure de la ville.


Jour 5

Ce matin, levée tôt, je fonce vers la gare oú je dois y prendre une navette "châteaux" qui doit m'amener à Chambord, avec mon vélo sous le bras. Après un certain temps à peiner pour trouver l'arrêt du bus, je me rends compte que je n'ai pas d'argent liquide pour payer mon ticket. Je suis entourée de touristes étrangers, personne pour m'indiquer un distributeur. Le bus va arriver et je cavale partout autour de la gare, avec mon vélo à la main, en vain. Le bus est là, il n'y en a qu'un par heure, et je n'ai rien pour payer. Le tout pour le tout, j'accoste des touristes et leur explique toute l'histoire (in english please) : je n'ai pas d'argent, je n'ai qu'une CB, il n'y a pas de distributeur, payez moi le billet, je vous rembourse au château. Sceptiques. Mais ça marche... Ils me payent le ticket et je monte soulagée (mon velo est mis dans la soute malgré la réticence du chauffeur).


Arrivée a Chambord, je trouve un distributeur et rembourse mes gentils touristes avant de commencer a me balader dans le domaine. Je fais ensuite une visite guidée de cet immense et impressionnant chateau. Malheureusement pas le temps de tout faire, ni la forêt autour. J'y reviendrai. Je re-prends la navette, le vélo en soute, qui passe par Cheverny, oú je ne m'arrête pas, et me dépose au Château de Beauregard. Je visite les lieux, son parc et y déjeune au soleil. Puis je récupère mon velo pour reprendre la route. Je fais une dizaine de kms avant de rejoindre la Loire, au niveau de Blois, et retrouver le parcours balisé.


Et là, la pluie. Les trombes d'eau... Je pédale quand même, je ne m'arrête pas jusqu'a Chaumont s/ Loire, oú j'arrive trempée. L'heure tourne, je me contente de voir le château de loin et me balader dans les ruelles autour. Je remonte en selle, direction Amboise. Je quitte les bords de Loire, et roule au milieu des vignes. Seul détail : des montés et des côtes pendant près de 20kms... J'ai souffert... Tellement qu'au milieu d'une grimpette, n'en pouvant plus, je lâche tout et m'assois dans l'herbe. Jusqu'à Amboise, je peine et roule à très faible allure, mes jambes incapables de faire plus. J'y arrive finalement, vers 19h, au bout du rouleau après cette très grosse journée de visites et de route... Je suis accueillie pour la nuit par Pauline, une amie qui m'accueille chez ses parents.


Jour 6

La journée commence par la visite d'Amboise et de son château. Après un tour des lieux avec un guide des lieux, je poursuis au Château du Clos Lucé, situé à 500 mètres. La demeure est connue pour avoir été celle de Lenoard de Vinci, qui est mis à l'honneur à l'intérieur avec ses créations mais aussi dans le Parc.


Après déjeuner, je pars à Chenonceau, magnifique château construit au dessus du Cher. Il y a des milliers de touristes, mais cela ne nous empêche pas de flâner dans les jardins, puis entamer la visite de cette demeure offerte à Diane de Poitiers, favorite d'Henri II. Puis je récupère mon velo afin de continuer ma route. Je roule au milieu des vignes et des forêts, jusqu'a ce que j'arrive à Tours, oú je passe la nuit.


Jour 7

Ce matin, je quitte Tours et retrouve le parcours balisé de la Loire à Velo. Je roule tout d'abord jusqu'à Villandry, oú je m'arrête pour voir son Château, et surtout connu pour ses extraordinaires jardins. Je m'y balade une heure, sous le soleil, profitant des points de vue et des allées. Puis je déjeune rapidement en terrasse, avant de reprendre ma route. Je roule en direction de Langeais, sur l'autre rive et je m'y arrête pour voir son château du moyen âge. Je repars une nouvelle fois, en direction d'Azay le Rideau. C'est sous un beau soleil que je vais au Château, sur les bords de l'Indre. Balade dans le parc, puis visite guidée de cette bâtisse dite "d'apparat". La fin de journée arrivant, je file vers mon hôtel situé sur la route de Chinon. Encore une journée rythmée entre visites et vélo...



Jour 8

Ce matin, je quitte mon hôtel pour aller vers Chinon. J'arrive à la fameuse forteresse royale, dont j'entreprends la visite, guidée tout d'abord. Je découvre l'histoire de ces lieux, qui a mis en scène entre autre Alienor d'Aquitaine, Richard Cœur de Lion, Jean sans Terres, Philippe Auguste ou bien Charles VII. En plus des faits liés a Jeanne d'Arc, j'apprends que c'est ici, dans la Tour du Coudray, qu'est emprisonné Jacques de Molay (grand maître de l'ordre des templiers), avant d'être jugé puis brûlé. C'était il y a pile 700 ans.


Après la visite, je me balade dans le centre historique de Chinon, une des plus vieilles cités d'Europe. Je découvre l'église St Étienne, dans le style gothique, et la collégiale St Mexme. Puis je reprends la route après le déjeuner. Je longe la Vienne, jusqu'à la Loire. Je roule sous des trombes d'eau... Je pédale sous une pluie battante, trempée de la tête au pieds, jusqu'a Fontevraud et sa fameuse Abbaye royale. La cité monastique a été créé au 12eme siècle, et marque par son immensité. L'abbatiale loge des gisants qui valent le détour : Alienor d'Aquitaine, Henri II Plantagenet, Richard Cœur de Lion, et Isabelle d'Angouleme.


Puis je reprends une nouvelle fois la route, jusqu'à Saumur, où je suis hébergée.


Jour 9

Levée tôt ce matin pour ce dernier jour, mais pas des moindres puisqu'il me faut rejoindre Angers et d'abord faire un tour de Saumur. Balade à pieds dans le centre historique, parmi les rues pavées, jusqu'à Notre Dame des Ardilliers. Cette Chapelle au dôme impressionnant était l'un des plus importants lieux de Pèlerinage en France.


Je prends ensuite la route, sur mon vélo, après le Pont du cadre noir direction Angers. Je suis presque au bout de mon périple, fatiguée, mais motivée. Je longe la Loire, et passe par les Rosiers, St Rémi, St Mathurin... Il y a un beau soleil, mais le problème, c'est le vent. Je l'ai de face et il souffle violemment. Je peine pour avancer, je fais du sur place. Partageant ma route avec les voitures qui roulent à pleine vitesse, je suis obligée de m'arrêter à plusieurs reprises sur le bord, manquant de tomber sur le côté (les voitures me frôlent) à cause du vent trop fort. Après des chemins de campagne, j'arrive au sud de Trelazé, après avoir difficilement trouvé un moyen de passer l'Authion.


Je longe les Ardoisières et passe, enfin, le panneau de ville ANGERS. Je remonte jusqu'au centre ville, peinant à chaque coup de pédale, entre vent et soleil, mêlé à la fatigue. J'arrive finalement Place du Ralliement, où je découvre un petit comité d'accueil de famille et amis, avec une banderole en prime. Émue, et exténuée, je verse quelques larmes d'épuisement. Ici se termine mon parcours de la "Loire à vélo", qui a commencé 9 jours plus tôt, à Nevers.