12 jours en Jordanie : l'itinéraire

Après l'article avec mes conseils pour préparer son voyage en Jordanie, je vous partage l'itinéraire que j'ai suivi pendant ces 12 jours de périple. Je précise (pour ceux qui se poseraient la question si ils ont assez de temps pour tout faire) que je n'ai pas loué de voiture ni fait d'excursion organisé (sauf au Wadi Rum), je me suis déplacée et ai visité par moi même, en utilisant les mini bus ou les taxis. Le meilleur moyen de s'imprégner du pays !

Amman


L'arrivée dans la capitale est totalement dépaysante. C'est une ville bouillonnante, rythmée par les appels à la prière et les klaxons (la circulation est un enfer). On s'y déplace à pieds, au milieu du brouhaha et du bordel organisé ambiant. Amman, c'est vraiment l'entrée de plein pied dans la Jordanie. Une journée / une nuit sur place suffit, pour découvrir la ville sans saturer. Vos pas vous amènerons à la citadelle Jabal Al Qal'a, un site archéologique situé en haut d'une colline qui offre un super point de vue sur toute la ville ! Je suis seule sur place, en plein cagnard... L'autre site d'interêt, c'est le très impressionnant théâtre antique romain : il date du 2ème siècle, compte 6000 places et est vraiment bien conservé.

Amman est construite sur 7 collines, aussi attendez vous à serpenter entre des escaliers en permanence. C'est épuisant mais ça permet d'avoir au détour des rues des vues différentes sur la ville. Posez vous à un moment sur un des nombreux café installés en toit terrasse, comme le Books@cafe (connu mais "cher"). Aller aux souks est aussi un incontournable, il y a en a plusieurs, selon le type de produits vendu.


Jerash

Depuis Amman, il y a un bus direct pour Jerash (un taxi peut vous emmener à la "north bus station" pour 2-3 JOD). Il n'y a pas d'horaires spécifiques, je peux juste vous dire qu'il y en a régulièrement, que le bus part quand il est plein et que le trajet (qui dure 1h) coute 1 JOD (1,2€). Les chauffeurs crient pour rabattre du monde, donc l'attente n'est pas trop longue .


Jerash est un incontournable de la Jordanie, une ancienne citée antique très bien conservée. Le site est vraiment grand, il faut pas moins de 3h pour en faire le tour en profitant vraiment des lieux. Si comme moi vous aimez les vieilles pierres et les sites archéologiques, vous trouverez votre bonheur ! Jerash m'a rappelé la cité antique d'Ephèse en Turquie, par sa taille et sa conversation, et je ne comprends pas qu'elle ne soit pas au moins aussi connue.


Astuce : le billet d'entrée est compris dans le Jordan Pass

Madaba - Mont Nebo - Mer morte

J'ai choisi Madaba comme point de chute (3 nuits) pour découvrir une autre partie de la Jordanie, riche en histoire. La ville est accessible facilement et rapidement par bus depuis Amman (pour 1JOD), et est surtout connue pour sa fameuse carte en mosaïque.

Il s'agit de la plus vieille représentation cartographique existante de la Terre Sainte et de Jerusalem (VIème siècle). Faites au sol (visible dans l'église St George), vraiment immense, il n'en reste plus qu'une partie aujourd'hui. Mais la partie conservée est vraiment fidèle à la réalité et le détail des mosaïques est vraiment impressionnant. La carte a été abandonné pendant des siècles et (re)découverte seulement à la fin du 19ème. Madaba est devenue de ce fait une ville dédiée à la mosaïque, et par chance en me baladant au hasard des rues, je suis tombée sur l'institut de la mosaïque, avec des étudiants en train de restaurer des oeuvres. Leur prof m'a laissé rentrer et m'a expliqué tout le processus, un moment privilégié.


Depuis Madaba, vous avez le choix en matière d'excursions aux alentours mais il faudra vous débrouiller par vous même. Le plus courant est de partager une voiture / un chauffeur avec d'autres voyageurs pour se déplacer et diviser les coûts. Les hôtels sont peu nombreux, la ville est petite et l'activité est concentrée autour de l'église St George donc il est très facile de rencontrer des gens et de les recroiser.

J'ai pris un taxi pour aller au Mont Nebo pour 5 JOD : il s'agit du lieu où Moïse, interdit d'entrer sur la Terre promise vers laquelle il a conduit les Hébreux sortis d'Égypte, observe le Pays de Canaan du haut de cette montagne, et y meurt à 120 ans. La vue sur le désert, la mer morte, la vallée du Jourdain et même jusqu'à Jerusalem au loin, le tout dans un silence total et une chaleur écrasante, en font un moment vraiment fort.


Une excursion à la mer morte est aussi un incontournable depuis Madaba. J'embarque en taxi avec 2 Suissesses qui se rendent à un bel hôtel et qui me laissent leur chauffeur après qu'elles y soient déposées. Ahmad m'emmène dans un coin où il n'y a personne pour que je puisse me baigner. La chaleur est étouffante. L'eau ultra salée de la mer permet bien de flotter facilement mais irrite rapidement la peau. Je me couvre de boue sur les conseils d'Ahmad car ce serait bon pour la peau (raison pour laquelle des hôtels thalasso fleurissent sur la rive d'en face, en Israel). Le décor est vraiment indescriptible. Une mer vide et plate, le désert, personne autour et pas un bruit, le soleil qui tape, et moi qui me rince le visage et les mains avec une bouteille d'eau non salée sous le regard improbable de mon chauffeur.

Wadi Mujib

Depuis Madaba toujours, j'ai covoituré avec un canadien pour que Ahmad, mon chauffeur attitré, nous emmène au Wadi Mujib. Il s'agit tout simplement du plus profond canyon de Jordanie, qui se trouve dans la Mujib Biosphere Reserve. Pas mal de chemins de randonnées possibles, de très beaux paysages à voir, mais nous avons jeté notre dévolu sur une autre activité phare : le canyoning. Il s'agit de progresser dans un canyon à contre courant de l'eau, avec parfois des "obstacles" à franchir. C'est ce que nous avons fait en faisant le Siq Trail, le plus connu (voir la video).


Il faut vous munir d'un sac étanche (ou en louer un à l'entrée) et porter des vêtements que vous n'avez pas peur de mouiller. Nous avons mis toutes nos affaires dans le sac étanche, porté en bandoulière sur tout le trajet, et j'avais dans ma main mon appareil photo réflexe. L'eau nous arrivait majoritairement aux genoux, donc aucune difficulté, et occasionnellement à la poitrine. La couleur et la forme de la roche au milieu de laquelle nous progressons est vraiment incroyable. Il y a un côté aventurier très plaisant ! Les obstacles ne sont pas si facile à franchir, il y a des échelles visées sur les rochers et des cordes pour pour aider. Prévoyez de bonnes chaussures ! Le courant inverse de l'eau est assez fort mais c'est ce qui rend le parcours plutôt fun. Au bout du chemin (1h de marche), on arrive sur un bassin et une belle chute d'eau. Sur le route, il n'y a qu'à tout faire sur le dos et se laisser glisser par le courant...

Vallée de Dana

Pas forcément facile d'accès, Dana est la plus grande réserve naturelle de Jordanie. Peu touristique, on se retrouve à quelques irréductibles seulement à découvrir les paysages si silencieux de la vallée. Presque un privilège. C'est une terre de randonnée, qui sont proposées en excursion selon l'hébergement où vous choisirez de rester. Dana est une véritable pause apaisante dans ce voyage. Un moment court mais hors du temps.


À l'époque je ne trouvais pas d'informations sur le moyen d'y accéder et où dormir, alors je me suis contentée de faire par rapport à Google Maps et ce qui semblait être la réserve vue du ciel. En fonction de ça, j'ai trouvé un hébergement à Qadisiyah, qui se trouve être le point le plus en hauteur de la réserve. Pour y accéder, il faut miser sur la chance et la patience : aller à la station de bus située au sud d'Amman ("Al Janoob") et montrer la localisation de votre hébergement. Un bus nous a emmené le plus prêt possible, nous a largué sur une route au milieu de nul part, et une voiture (de l'hôtel) est venue nous chercher.


Je suis vraiment chanceuse d'avoir vécu ce moment : j'ai passé une nuit dans une chambre en pierre à flanc de montagne, surplombant toute la vallée. Une guest house où les repas sont inclus car il n'y a rien autour pour manger. Des gens accueillants et vraiment heureux de recevoir des touristes. Il n'y a pas de fenêtres, pas de portes. On mange sur le toit, face au coucher de soleil, puis vient la nuit étoilée qui est magnifique. Les chacals, que l'on étend hurler, rodent autour des baraques la nuit nous dit notre hôte, mais ils ne rentrent jamais...

Ici, c'est l'éloge de la lenteur. Il n'y a rien à faire si ce n'est simplement profiter des paysages et se balader. Je n'ai pas fait d'excursion, j'ai simplement marché au hasard des chemins de la vallée. On peut tomber par chance sur un jordanien qui surveille son troupeau en jouant de la flute... Ça parait presque irréel tant il n'y a rien d'autre autour que sa musique.


Petra

Les suissesses que j'avais rencontré à Madaba étaient au même moment à Dana, alors nous faisons route commune avec un chauffeur vers Petra. Ici, vous n'aurez aucun problème pour trouver un hébergement, toute la ville est dédiée au tourisme ! J'ai choisi une auberge sur les hauteurs, qui propose une navette gratuite le matin et le soir vers le site de Petra, dont l'entrée est à l'extérieur de la ville.

On en présente pas Petra ! Bien qu'après avoir découvert cet endroit incroyable, je me dit que son immensité est bien mal connue. C'est la "visite" que j'attendais depuis le début du voyage, la raison de ma venue en Jordanie. Petra ce n'est pas juste ce fameux "trésor" qui nous fait penser instinctivement à Indiana Jones. Pour vraiment se rendre compte de la richesse de cette ancienne cité, il faut au moins 2 jours à marcher non stop du matin au soir.


Quand j'y suis allée, il n'y avait personne. Le site souffrait d'ailleurs de cet abandon de la part des touristes car le prix du billet d'entrée sert à la conservation très couteuse de Petra. Mon conseil est bien sûr de venir le plus tôt possible (ouverture à 6h), non pas pour éviter la foule car il n'y en avait pas, mais pour éviter la chaleur. La lumière du soleil est également bien plus belle sur les temples et la roche... À l'entrée, on vous proposera de prendre des cheveux pour conduire directement à Khazneh (le "trésor"), mais je ne conseille pas étant donné le traitement que ces pauvres bêtes subissent. Un jeune garçon s'évertuait à les frapper à bout de bois en leur hurlant dessus...


À l'entrée, prenez le plan de Petra, ce sera votre meilleur allié pour parcourir et trouver tous les sentiers possibles à travers le site. J'en ai fait 4 : Main Trail, Al Khubhta Trail, High place of sacrifice Trail et Monastery Trail.

Le trésor et le monastère sont les 2 endroits les plus connus de Petra, mais le 2ème se mérite vraiment. Il est situé au bout d'un long escalier sculpté dans la montagne, que l'on vient trouver à l'autre bout de la cité. Un chemin vraiment épuisant, ça grimpe, le soleil cogne. Mais ça vaut le coup : en haut, une grande plateforme offre une vue dégagée sur le monastère et sur les montagnes.

Ensuite il y a le chemin des tombeaux royaux (le n°2 - Al Khubhta trail), qui permet d'arriver en haut d'une montagne en face du trésor, et donc de le voir de haut. Ici, un type attend les touristes à l'ombre de sa tente et propose des boissons... Il est poli, si vous essayez et restez prendre des photos, de lui en acheter une.

Le chemin des sacrifices (le n°3) est vraiment incroyable. Il n'y a personne, on découvre des lieux creusés dans la roche partout, des temples, des tombeaux... On change de vue tout le temps, on découvre à chaque détour une nouvelle vision de Petra, c'est magique.


Wadi Rum

Beaucoup de voyageurs se rendent au Wadi Rum après Petra, les liaisons en mini bus sont donc courantes. J'ai partagé le trajet avec un couple d'espagnol qui m'a couté 7 JOD et qui nous emmène à la porte du désert. C'est ici qu'attendent les bédouins qui organisent les excursions dans le Wadi Rum, que je conseille de réserver à l'avance (en se calant ensuite sur WhatsApp avec le guide pour qu'il vienne à l'entrée du désert vous chercher). J'avais pour ma part négocié par mail plusieurs semaines plus tôt avec Majed, un jeune bédouin qui se lançait tout juste à son compte. Tous proposent le même type de tour... le parcours est le même, le package aussi...


En résumé : il vous récupère à l'entrée du désert, il fait les courses au seul "village" où les bédouins se ravitaillent, et c'est parti en Jeep ! Plus de route, plus d'orientation, plus de chemin. Il n'y a que le désert, du sable et des montagnes rouges à perte de vue. On s'arrête à quelques points d'intérêts (les tours font tous les mêmes, du coup on a croisé les mêmes groupes toute la journée), puis c'est déjeuner sous une tente. L'après midi pareil, on profite du desert jusqu'à admirer le coucher de soleil sur ces paysages incroyables. Diner pret du feu et nuit soit à la belle étoile soit sous une tente. Les bédouins installent ce type de camps à plusieurs endroits exprès pour les touristes, cela reste simple et bien assez confortable pour une nuit dans le desert. Le lendemain, un thé pour profiter à fond du cadre et du silence, et retour à la porte du Wadi Rum. 24h hors du temps que je n'oublierai jamais.


Aqaba - Mer rouge


Ce serait mentir que de dire que j'ai vu Aqaba car je n'ai pas vraiment la possibilité de voir à quoi ressemblait la ville... Je devais y séjourner un jour ou 2 pour me détendre dans un bel hôtel avant de passer la frontière à pieds pour Israel. Mon hôtel était à l'extérieur de la ville, proche de la mer, avec les chambres donnant direct sur la piscine. Au top. Sauf que j'ai vécu le climat le plus chaud de ma vie (jusqu'à 48°), ce qui même pour un jordanien n'est pas franchement supportable donc l'hôtel était vide, la plage était vide, tout était fermé et il n'y avait personne ! Que moi, Matthias l'autrichien rencontré à Petra qui m'a rejoint, et un réceptionniste qui s'occupait aussi du bar, de nous faire à manger et... de nous faire faire de la plongée. C'était totalement improbable, on ne pouvait rien faire d'autre que d'être dans la piscine, l'air était irrespirable, le sol brulant.


Comme il n'y avait aucun autre client, le barman-plongeur nous a proposé un prix pour une plongée de 30min dans la mer rouge et on s'est lancé. L'expérience était incroyable, car on se baigne alors dans une mer située entre 4 pays (Egypte, Israel, Jordanie et Arabie Saoudite) dont les relations sont... tendues. Alors sous l'eau, pas de faune ou de flore particulière mais... des épaves ! Notamment celle d'un tank, autour de laquelle nous plongeons. Je ne peux que conseiller à ceux qui terminent leur périple en Jordanie par Aqaba de faire de même, c'est vraiment une expérience que l'on oublie pas.

C'est pour ma part au post de frontière que j'ai quitté le pays pour rentrer chez son voisin, Israel. Une autre histoire :)